Posts Tagged 'JG Ballard'

La bande-son du pavillon Ballard

Je n’ai pas lu une seule ligne de J.G. Ballard, décédé ce dimanche, mais j’ai écouté pas mal de ses disques. Un petit tour sur l’index de l’indispensable somme post-punk Rip it up and start again, de Simon Reynolds, suffit en effet pour comprendre l’impact du personnage sur la culture pop, l’auteur écrivant notamment que « la musique de Père Ubu et Joy Division capturait la beauté livide toute ballardienne de leur ville d’origine ». Ses livres ont, en vrac, inspiré des chansons (« Atrocity Exhibition » de Joy Division, « Blind Youth » de The Human League, « Warm Leatherette » de The Normal), des albums (Myths of the Near Future, des Klaxons), des noms de groupe (les Comsat Angels, de Sheffield), des pochettes de disques (celle du single « P-Machinery », de Propaganda, reproduit une citation élogieuse de Ballard sur la bande à Baader)… Autant de filtres qui permettent, sans avoir lu une ligne de ses livres, de faire semblant de les connaître, et d’avoir à disposition quelques adjectifs sous la main (mécanique, froid, oppressant, perturbant…) pour en parler. Les bons songwriters aimant beaucoup les bons livres, on peut aussi survoler Albert Camus chez les Cure, Francis Scott Fitzgerald dans Divine Comedy ou Mikhaïl Boulgakov grâce aux Stones : pour flamber sur un auteur sans l’avoir lu, le rock reste quand même plus sympa que le Lagarde & Michard ou les « profils d’une œuvre ».


Everyday I Write The Book



Je suis l'auteur de Brit Pulp. La britpop selon Pulp, de Thatcher à Blair, un livre sur Pulp et la culture pop britannique de la fin des années 70 à nos jours. Vous pouvez l'acheter chez la Fnac, sur Amazon Marketplace, sur Alapage, sur le site des Cahiers du Rock et sur celui de l'Irma.

Explicit Lyrics

"My week beats your year" (Lou Reed, notes de pochette de Metal Machine Music)

My My Hey Hey

Si vous voulez me contacter, vous pouvez le faire sur ce mail