First we take Miami

Vodpod videos no longer available.

Entre concerts français à venir et sortie d’un album live, on parle pas mal de Leonard Cohen en ce moment. L’occasion de se rappeler que l’homme le plus classe du monde, repris par pléthore de gens stylés (Ian McCulloch, John Cale…) et récipiendaire de ce qui est sans doute une des dédicaces de chansons les plus élégantes de l’histoire (« This is a song about marriage, it’s called Isis. This one’s for Leonard, if he’s still here »), a aussi eu ses moments d’égarement – ou de récréation. Notamment son apparition dans Miami Vice.

Oui, Miami Vice, la série qui a tant fait pour le chic vestimentaire eighties, avec ses personnages aux costards bleus pâle manches retroussées, chemises roses et mocassins blancs. En 1986, on propose à Cohen d’y interpréter le court rôle de François Zolan, un chef d’Interpol. « Un de mes péchés », avouera-t-il dans une interview. « J’ai été invité à faire un cameo; j’avais refusé plusieurs fois mais mes enfants qui avaient 8 et 10 ans à l’époque, ont su que je refusais, et m’ont accusé d’inhiber leur vie sociale… (Rires) J’avais un rôle assez important mais à la première scène, après quelques mots, ils ont préféré donner mon texte à quelqu’un d’autre… ».

Rien d’étonnant à cela, tant Cohen paraît figé et plutôt déplacé dans ces quelques secondes. Au milieu du gué : c’est l’époque où, après une série de disques beaux mais mal compris (Death of a Ladies’ Man, Recent Songs, Various Positions), il se tourne de plus en plus vers des arrangements de kermesse synthétique et ne craint définitivement plus le ridicule, comme en témoigne cette apparition bien kitsch dans un show allemand. Un an après Miami Vice, Cohen enregistrera son chef d’oeuvre tout-synthétique « First We Take Manhattan », dont les paroles acides entrent étrangement en résonance avec ce second rôle sur fond de morphine : « I don’t like your fashion business mister/And I don’t like these drugs that keep you thin ».

Publicités

5 Responses to “First we take Miami”


  1. 1 Pradoc avril 7, 2009 à 10:07

    A ce détail près que Miami Vice était quand même la série d’un cinéaste qui allait devenir très intéressant par la suite : Michael Mann.

  2. 2 Tung Songs avril 7, 2009 à 10:26

    Pas faux. Abel Ferrara en a aussi réalisé deux-trois épisodes, je crois.

  3. 3 Pradoc avril 7, 2009 à 10:35

    Et bien, jolie trouvaille en tout cas. Entre le post sur le clone de Lou Reed et Leonard Cohen dans Miami vice, de belles soirées Youtube s’offrent à toi !

    PS : Je me souviens encore d’une soirée chez Vincent où pour la 1ère fois, j’ai entendu parler des Feelies. Depuis je suis fan…

  4. 4 Pradoc avril 7, 2009 à 10:44

    Je me trompe, la soirée était chez Alex Pedro. Et c’est toi qui m’avais parlé de Crazy rythms des Feelies.
    A+

  5. 5 serrurier saint etienne avril 24, 2011 à 10:47

    J’apprécie de vous lire régulièrement.
    Vos avis et informations sont systématiquement agréables. Excellent article.
    Merci beaucoup pour ces informations et liens. J’approuve entièrement votre façon de penser.
    Un grand merci donc
    Continuez à publier sur votre blog.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Everyday I Write The Book



Je suis l'auteur de Brit Pulp. La britpop selon Pulp, de Thatcher à Blair, un livre sur Pulp et la culture pop britannique de la fin des années 70 à nos jours. Vous pouvez l'acheter chez la Fnac, sur Amazon Marketplace, sur Alapage, sur le site des Cahiers du Rock et sur celui de l'Irma.

Explicit Lyrics

"My week beats your year" (Lou Reed, notes de pochette de Metal Machine Music)

My My Hey Hey

Si vous voulez me contacter, vous pouvez le faire sur ce mail

%d blogueurs aiment cette page :