Le doux goût d’El Goodo

El Goodo – Information Overload (MP3)

Dès le départ, le nom sonne comme une promesse de disque bon camarade: El Goodo, une chanson du #1 Record de Big Star, l’éternelle bible carillonnante des adolescents ro(ck)mantiques. Ajoutons-y le titre, Coyote, les volutes, la terre rouge et les moustaches de la pochette, et on est déjà prêt à déboucher une bouteille de liqueur de cactus autour d’un joint du côté d’Albuquerque ou de Tucson. El Goodo, pourtant, rejoue bien la conquête de l’Ouest, mais quelques milliers de kilomètres plus loin, depuis le Pays de Galles – un coin d’où, un peu comme à Liverpool (The Pale Fountains, The Boo Radleys, The Coral…), les influences américaines arrivent avec l’air du grand large, et où, même en 2009, on se replonge avec nostalgie dans un passé mythifié. El Goodo, c’est un monde où Harold Wilson ou Edward Heath vivent toujours au 10 Downing Street, où Gareth Edwards a encore ses jambes de feu et où les Beatles en sont restés au Merseybeat, « Ticket to Ride » par exemple, dont les Gallois décalquent l’intro sur « Information Overload » . A jurer qu’El Goodo a lu et appris par coeur le volume B de son encyclopédie du rock : B comme Big Star, donc, mais surtout comme Byrds (influence flagrante du chef d’oeuvre du groupe, Younger Than Yesterday) et Beach Boys. Que ceux qui craignent un album trop bon élève, une overdose de guitares boy-scout et d’ornements, se rassurent pourtant, les Gallois font aussi parler leurs guitares de manière un peu plus rustre sur deux titres, « Feel So Fine » et « Aren’t You Grand », qui sonnent comme une promesse de leur prochaine plongée dans l’encyclopédie des sixties : la lettre C, comme Creedence.

Publicités

0 Responses to “Le doux goût d’El Goodo”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Everyday I Write The Book



Je suis l'auteur de Brit Pulp. La britpop selon Pulp, de Thatcher à Blair, un livre sur Pulp et la culture pop britannique de la fin des années 70 à nos jours. Vous pouvez l'acheter chez la Fnac, sur Amazon Marketplace, sur Alapage, sur le site des Cahiers du Rock et sur celui de l'Irma.

Explicit Lyrics

"My week beats your year" (Lou Reed, notes de pochette de Metal Machine Music)

My My Hey Hey

Si vous voulez me contacter, vous pouvez le faire sur ce mail

%d blogueurs aiment cette page :